KQ1 – Comment moduler l’activité d’une cible par la liaison de l’anticorps ?

KQ1 – Comment moduler l’activité d’une cible par la liaison de l’anticorps ?

(Lucie Pellissier, Marie-Alix Poul, Eric Reiter)

Les anticorps reconnaissent leur cible avec une forte affinité et une grande spécificité, et peuvent en outre exercer une activité modulatrice par les contraintes qu’ils génèrent à l’interface épitope/paratope. L’exploration de ces propriétés, extrêmement importantes pour le développement d’anticorps thérapeutiques de nouvelle generation, est l’objectif central de la KQ1. En effet, les projets de la KQ1 sont centrés sur l’identification et la caractérisation d’anticorps aux propriétés modulatrices, et ce quel que soit leur format.

La KQ1 comporte trois axes de recherches sur des anticorps innovants qui modulent l’activité physiopathologie de cibles d’intérêt en cancérologie, immunologie, dans les troubles de la reproduction et ceux du système nerveux central.

Deux de ces axes concernent l’étude du profil modulateur d’anticorps agonistes/antagonistes/biaisés (axe 1) et la modulation de cibles oligomériques (axe 2).

L’axe 3 vise au développement d’anticorps qui agissent sur la circulation intracellulaire (sub cellular trafficking) de la cible, incluant des anticorps qui induisent l’internalisation et/ou la degradation de leur cible. Ainsi, cet axe permet non seulement de proposer de nouveaux anticorps pour la thérapie, mais aussi d’étudier les fonctions physiologiques et physiopathologiques de la cible.

L’une des thématiques transversal aux trois axes de la KQ1 est l’obtention d’anticorps conditionnels, c’est-à-dire qui exercent leur fonction dans des conditions physico-chimiques spécifiques, afin d’améliorer la spécificité de leur reconnaissance dans des tissus particuliers (pathologiques).